Patrick’s Day : Midway 06/06/1942 pour « War at Sea ».

L’état-major de l’Empire du Soleil Levant élabore depuis plusieurs semaines un plan d’envergure dont le double but est de déloger les forces américaines de l’atoll de Midway afin d’en faire une espèce de porte-avions géant fixe sur une position stratégique majeure et aussi d’anéantir l’aéronavale américaine en détruisant les porte-avions américains dont l’efficacité s’est confirmée lors de la bataille de la Mer de Corail moins d’un mois auparavant. En effet, si le porte-avions Lexington fut coulé, le Shokaku et le Zuikaku sont salement endommagés et le Shoho fut détruit.

Mais, malgré tout, le rapport de force reste favorable aux Japonais. Yamamoto aligne l’Akagi, le Soryu, l’Hiryu et surtout le Kaga et quelques porte-aéronefs plus légers. Les Américains n’ont plus que l’Enterprise et le Hornet.

Il est grand’ temps de s’emparer de Midway. Une escadre effectue une attaque de diversion dans les Aléoutiennes pour masquer l’effort majeur et d’étirer la défense US. L’attaque comporte 4 escadres japonaises avec quatre des porte-avions japonais et les cuirassés Kirishima et Haruna suivis de près par le Kongo et le Hiei. L’ensemble regroupe de nombreux croiseurs lourds, des escorteurs et des destroyers. La bataille est confiée à l’amiral Ono. Son plan est simple : bombarder rapidement Midway pour neutraliser l’aviation des Marines puis chercher et détruire les porte-avions américains. Il sera temps alors de débarquer l’infanterie japonaise pour prendre possession de l’atoll.

Seulement, ce que l’Amirauté japonaise ignore, c’est que la Marine américaine lit comme dans un livre ouvert dans la stratégie nippone grâce au système « Magic », les transmissions adverses sont en clair. Deuxième atout, et non des moindres, les américains n’alignent pas deux porte-avions mais trois : le Yorktown est bien opérationnel. Les amiraux Pat Clark et O’ Grim sont aux commandes des Task Forces 16 et 17 et attendent en retrait que les Japonais se jettent dans la gueule du loup.

Peu avant l’aube, les appareils japonais décollent des ponts, les dés sont jetés.

Les avions nippons cherchent la flotte japonaise et trouvent rapidement le Yorktown. Les américains, sachant où aller, repèrent très vite l’ensemble du dispositif adverse. Mais, un drame se joue au-dessus de Midway. La totalité des bombardiers en piqué Val attaque la base. Seulement, la majorité de la chasse US les attend en altitude et la DCA a les azimuts et les pointages déjà préréglés. Sur les 4 escadrilles engagées pas une ne reviendra sur son navire d’origine. Les Aïchi se font décimés et pas une seule bombe n’a pu être larguée. Le moral japonais est en berne avec le sentiment d’être tombé dans un piège. Les chances d’emporter la victoire sont maintenant très minces.

L’état-major américain ne se contente pas de ce succès aérien et décide de mettre immédiatement la pression sur les porte-avions nippons. Les Dauntless effectuent leurs premiers piqués alors que les Wildcat maintiennent les A6M2 Zero à distance. La DCA fait feu avec toutes les pièces disponibles. Une escadrille de Devastator venant du Hornet est pulvérisée mais les escadrilles du VB-2 et 7 trouvent la faille. Le Kaga et le Soryu sont touchés. Pendant plusieurs heures c’est un ballet incessant au-dessus de la flotte japonaise. Toute la chasse est mobilisée pour repousser les assaillants et la DCA fait feu de tous ses tubes. Mais, rien n’y fait : on entend plusieurs explosions dans les hangars du Kaga dont les soutes à carburant explosent entrainant le mastodonte vers les abysses. Le Soryu, victime de plusieurs voies d’eau, finit par sombrer à son tour. L’Akagi et le Horyu font jonction pour se défendre mutuellement. La noria aérienne continue. Cela devient de plus en plus difficile pour les pilotes japonais de contenir les assauts et l’état-major est contraint d’utiliser des hydravions A6M2-N Rufe et Aichi E13 Jack pour renforcer la défense aérienne.

Pendant ce temps, les flottes ne bougent pas. Les Américains attendent la mise à mort des porte-avions adverses et ces derniers attendent les escadres de renfort, en particulier celle du Vice-Amiral Kondo. Les torpilleurs Kate ont fini par trouver les « flat-tops » US mais le positionnement du Minneapolis et du Vincennes empêche toute attaque directe sur l’Enterprise et le Hornet. Les torpilleurs Kate nippons se concentrent sur les deux croiseurs avec seulement des Jack comme escorteurs qui font ce qu’ils peuvent pour contenir les Wildcats. Quelques avions parviennent à passer au raz des flots et une torpille finit par toucher le Minneapolis et le Vincennes. Les Américains ne sont pas en reste car le Tone se retrouve presque hors combat.

Mais, le moment que les Japonais espéraient finit par arriver : les trois escadres Kondo, Tanaka et Kurita sont à portée. Les cuirassés Hiei et le Kongo, prévenus par radio de la situation, entrent en action rapidement appuyés par quatre croiseurs lourds. Ils pointent leurs canons de 356 mm et pilonnent méthodiquement la base aérienne de l’atoll. C’est un déluge de feu qui s’abat sur la base aérienne, les bombardiers sont écrasés dans les hangars, les chasseurs en plein réarmement sont détruits en bord de piste. Il ne reste quasiment plus rien de ce qui pouvait voler sur Midway sauf les hydravions au mouillage. Ceux-ci décollent pour bombarder avec leurs faibles moyens la flotte adverse qui approche. Le porte-hydravions Chiyoda en fera les frais et devra rentrer au port pour de sérieuses réparations, le Myoko n’est pas au mieux.

L’état-major du Soleil Levant entrevoit une ouverture afin de renverser la situation. L’ensemble de la flotte reçoit l’ordre de faire le pressing sur la flotte adverse en espérant saturer de tir les navires américains. Ceux-ci sont attente, la décision n’est pas encore faite sur les porte-avions Akagi et Horyu.

Seules les flottilles de vedettes lance-torpilles sont engagées mais elles sont rapidement repoussées par les tirs des destroyers japonais.

La ronde de Dauntless continue sur les porte-avions mais la chasse nippone est concentrée dans le secteur. Bien qu’endommagés, les deux bâtiments sont encore à flots. De l’autre côté, l’axe de la défense anti-aérienne américaine vient de subir un sérieux revers : le Minneapolis et le Vincennes prennent l’eau et leurs personnels sont ordonnés d’évacuer. L’Amiral Spruance y décédera.

La flotte japonaise arrive à portée de tir, les premières salves longues distances partent. En quelques minutes, les destroyers Aylwin et Benham sont pulvérisés. Les premières torpilles « Long Lance » frôlent le Yorktown. A l’autre bout de la carte, la batterie côtière et les défenses des Marines de Midway sont irrémédiablement détruites. Il semble que rien ne puisse freiner la poussée japonaise. Les Amiraux de la Navy se concertent au plus vite. Les porte-avions sont intacts et les bâtiments de surface ont eu des pertes mineures. Midway est perdue et la reprendre nécessiterait un sacrifice qui pourrait ne pas être supportable à long terme. L’ordre de repli vers Pearl Harbour est donné, ce qui est exécuté sur le champs. Les cieux se dégagent au-dessus de la flotte nippone pour le plus grand soulagement des défenseurs au bord de la rupture. Les cargos vont pouvoir décharger troupes et matériels sur Midway.

 

C’est une victoire tactique japonaise mais qu’en est-il stratégiquement ? La flotte de porte-avions a pris un sale coup même si deux bâtiments majeurs sont toujours à flot. La Navy américaine n’a subi que quelques égratignures. Ce n’est qu’une histoire de mois pour reprendre l’atoll. La contre-attaque sur les îles Salomon n’est pas compromise et la machine de guerre US commence à tourner à plein régime. Si l’objectif principal américain n’est pas rempli, celui des japonais ne l’est pas non plus. Seuls les mois à venir et les futurs engagements donneront raison ou tort à chacune des parties.

 

En tout cas, ce fut une chouette partie, où nous sommes passés par toutes les émotions. Avec une partie très mal engagée, le résultat est presqu’inespéré. Je pense personnellement faire l’achat de quelques dés avec une face « 6 » parce que, des fois, ça manque…

Merci à Patrick et Danièle pour l’accueil et la logistique. Rendez-vous au prochain Patrick’s Day.

 

Cet article a été publié dans Autres jeux, Figurines, Patrick's Day, SliderAc, War at sea, WW2 avec les mots-clefs , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.