Combien peut-on mettre d’Allemands dans une KubelWagen? Découverte de Bolt Action

Ce beau mercredi de mars était l’occasion de tester pour la première fois en ce qui nous concerne le fameux jeux Bolt Action. Ca faisait pas mal de temps que ça me disait, et pas mal de temps aussi que le jeu est sorti  je crois en 2013.

Bon avec notre rythme de sénateurs, on n’est pile dans les clous.

Petite présentation du jeu pour ceux qui ne connaissent pas (ou comme nous vu notre grand âge qui auraient oublié…).

Bolt Action est un jeu de combat 2ème guerre mondiale, plutôt fait pour du 28mm (de préférence vendu par la marque J) et globalement d’escarmouche. On peut néanmoins  jouer avec n’importe quelle échelle. Les parties se font avec une trentaine de figurines dans chaque camp  et quelques véhicules (mais il n’y pas de limite et un système de budget de troupe pour faire des parties équilibrées) et  les figurines sont jouées par unité. Il existe un livre pour les règles (la V2 est dernière version disponible maintenant en français) et des livrets d’armées spécifiques à chaque nation, voire période.

Au niveau du jeu, tous les éléments de la période ont l’air d’être pris en compte, les armes et les tactiques de chaque nation les lance-flammes, les sniper, les mortiers et autres lanceurs de projectiles y compris hors carte comme l’aviation et l’artillerie.

La règle est assez simple, souvent illustrée et les éléments importants en  général résumés dans des tableaux assez accessibles et avec des feuilles de référence qu’on trouve partout. Les règles sont même  dans  certains cas sans doute même trop simples mais tous les commentaires convergent vers le fait que cette règle de jeu est volontairement simple pour des combats rapides, amusants et percutants.

Globalement le jeu est assez classique, on joue d’une façon alternée, on lance pas mal de dés avec des modificateurs suivant les situations pour essayer de toucher, puis pour essayer de blesser, pour vérifier le bon moral des troupes et à ce jeu là ce sont évidement et sans surprise les troupes d’élite qui s’en sortent le mieux (et les chanceux évidement).

Ce qui fait l’originalité du jeu c’est en fait comment activer chaque unité. Chaque unité (un groupe de fantassin, un véhicule, un mortier,…) est dotée d’un dé dit dé d’unité. Tous les dés de toutes les unités (les dés des unités d’un même camp ont la même couleur) sont placés dans un contenant opaque (un sac,..) puis à chaque tour de jeu, on tire au hasard un dé. Suivant la couleur du dé, on va donc activer une unité d’un camp et procéder ainsi de suite jusqu’à ce que tous les dés aient été tirés et donc que toutes les unités aient été activées (ou que des unités aient été détruites car dans ce cas on retire les dés des d’unités détruites). On ne sait donc pas à l’avance qu’elle unité va jouer le coup d’après (excepté quand il n’en reste qu’une à ne pas avoir joué évidement). Ensuite chaque face du dé représente un ordre (Tirer, Courir, Bouger et tirer, Embuscade, Rallier, Se protéger/ Se mettre ay sol) qu’on va assigner à une unité qui n’a pas déjà reçu un ordre dans ce tour.

Le deuxième principe un peu original du jeu concerne les marqueurs « clouée au sol », « pinned down » dans la règle. En effet à chaque fois qu’une unité subit un tir ennemi (qu’il fasse des blessés ou non d’ailleurs), l’unité cible reçoit un  marqueur « clouée au sol » qu’évidement elle peut accumuler et même assez rapidement. Et là ça se complique car non seulement l’unité pourra être pénalisée pour certaines actions à commencer par le tir mais surtout car elle devra alors tester  avant toute autre chose si elle applique l’ordre qui lui a été assigné au moment où elle le reçoit. Et plus elle a de marqueur, et plus le test est dur. C’est ça la guerre…

Pour le reste vous lirez le bouquin si ça vous dit ou bien vous viendrez faire une partie avec quelqu’un qui les a lu et qui vous expliquera, sans doute plus ou moins bien d’ailleurs…

 

Notre première partie

(15 anglais, 2 bren, quelques  sten, rifles, 2 NCO) coté allemand une dizaine avec une MG42 et quelques fusils d’assault, 2 NCO le tout disposé dans 2 bâtiments. Ca nous a permis de tester l’infanterie et les ordres.

Savez vous combien on peut mettre d’Allemand dans une Kubelwagen ?

4 (Vier)

Et savez vous comment on sait que 4 allemands dorment dans une maison dans la campagne normande ?

Et bien certains pourraient dire : « Il y a une Kubelwagen garée devant la maison ».

C’est ce que c’est dit se groupe d’Anglais visiblement peu calé en Kubelwagen.

Ca se prépare une bataille ! On avait déjà une petite idée du professionnalisme des Anglais à travers les comptes-rendus historiques d’une mission de haut vol (si si au moins à 1000 feet)*.

 

On imagine la scène.

Corn Beef : «  Robert, pst Robert, j’en ai une bonne. Tu sais combien on peut mettre d’Allemands dans une Kubelwagen ? »

 

 

 

 

Roger Junior: « Je crois que je sais, mon frère qui est dans la RAF* me l’a  déjà dit : c’est 4. 2 devant et 2 derrière».

Corn Beef : « Moi aussi mon frère est la dans la RAF, c’es marrant ça… 4 c’est pour les éléphants. Un allemand c’est quand même plus petit qu’un éléphant…C’est pas plus fin mais c’est plus petit quand même .».

 
« Attend j’appelle les planqués d’en face derrière les arbres ». « Ici le capitaine Corn Beef. Dites les gars combien croyez vous qu’on peut mettre d’Allemands dans une Kubelwagen ?  »

 

La radio : « Ta-Ta-Ta-Ta ».

Corn Beef : « Tu vois Roger, c’est 4. Je te l’avais dit. »

Roger Junior: « Oui mais il y a aussi le sidecar garé à côté.».

Corn Beef : « Je rappelle les autres. Les gars y a aussi un sidecar à côté de la Kublewagen. Ca change quelque chose ?»

La radio : « Ta-Ta».

Corn Beef : « 2 de plus Roger ça fait 6 tout au plus. » Il reprend la radio. « Merci les gars. Vous croyez qu’il y a de place dans le coffre, pour loger du matos ? Les gars ? Les gars ? Vous êtes toujours là ?»

Roger Junior: « Je crois qu’il sont mort de rires.».

Corn Beef : « On est 9 plus les 6 d’en face ça devrait allez. On y va.»

 

Épilogue : c’est incroyable la quantité de matériel et d’allemands qu’on peut mettre dans une KubelWagen. Savez vous pourquoi les Anglais sont en uniforme marron ? C’est pour ne pas les confondre avec les éléphants.

Etonish nein ?

 

(*) voir Operation Daily Mirror sur le même site

 

Cet article a été publié dans Bolt Action, SliderAc, WW2 avec les mots-clefs , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

Un commentaire

  1. Ono6
    Publié le 23 mars 2017 à 20:09 | Permalien

    Excellent…
    Faut dire que déranger nos Kamaraden en pleine schnaps party, c’est pas cool ! Après, il ne faut pas s’étonner de réactions vives. En tout cas, merci la MG 42. Le problème, c’est que les Tommies n’avaient pas compté les vélos dans le garage…