Opération Daily Mirror (Check Your Six)

“Ici le captain Ross Beef à bord du Fairey Battle 1. Je vous rappelle notre mission : prendre des photos compromettantes de l’oberleutnant Herbert Lun avec sa compagne française Eleonore Marolex dans le petit village de Trous-les-Bains. Une fois les photos prises, virage au Nord à 90 ° pour donner ces clichés au Daily Mirror, afin de changer le cours de la guerre. Roger ?

-Oui, chef ?

-Non, Roger, c’est pas vous que j’appelle. Nous serons escortés par les quatre Hurricane à vos quatre heures.

-Fallait prendre le goûter ?

-Non, Roger. Pourriez-vous vous concentrer sur le cap car j’aperçois des Mechersmidt, euh non des Messerchim…, euh non des avions allemands qui foncent sur nous. Vous les reconnaîtrez, ils ont le nez jaune, ça évitera que vous confondiez les cibles. Je dis ça, je dis rien, n’est-ce pas Roger ?”

 

“Damned, ils sont déjà sur nous. Je vous rappelle la stratégie : on fonce prendre les photos et on laisse les Hurricane s’occuper du Hun.

-Non, ils sont quatre.

-Merci, de la précision Roger. Notre faible vitesse permet d’assister à la future débandade allemande : ils ont divisés leurs forces et l’habileté du lieutenant Harry Cover a permis de se glisser derrière eux.”

 

 

Ici Harry Cover, je vais le descendre, je le sens bien !

… ou pas en fait…

Mes dés se sont enrayés je crois

 

 

“Zut l’avion du captain Charlie O’Carey vient de prendre une rafale.

Je rappelle que nous, on fonce vers le village… enfin on essaie.”

 

 

 

 

“Euh chef ! C’est Roger ! Je crois que j’ai un problèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèème !

-Quoi encore ? Me dites pas que vous avez oublié les pellicules photos à la base ?

-…

– Roger ? Ça va Roger ? Roger, répondez-moi, ça m’inquiète, je préfère finalement quand vous parlez.

-…

-Chef, je crois qu’on a perdu Roger.

-L’avion et les photos avec ?

-Hélas oui…”

 

“Ca y est ! On est au-dessus de Trous-les-Bains. Clic-clac, merci Kodak, on se casse ! On split ! On se disperse façon puzzle !

-Chef, je crois que ça chauffe pas mal derrière nous et nos copains chasseurs sont à la peine eux-aussi. Ils tirent tellement mal qu’on a vraiment intérêt à s’écarter si on veut pas être abattus par eux.

-Faut dire que les Schleus eux une chance du tonnerre. Je reconnais le Me109 du leutnant Von Böhl, le légendaire pilote allemand surnommé “double 6”. Il a la réputation d’être intouchable. Ça a l’air encore le cas aujourd’hui…

 

 

“Je sais pas trop chef, mais je le sens pas trop, là… Vous êtes sûr qu’on doive se séparer ?

-God Save The King ! Tu vas tout droit et moi je tourne à droite comme ça on va… aaaargghhh…

-Chef ?

Taratatararatattata

-Chef ? Qu’est-ce que Nagui à avoir avec ça ? Chef ? Ch…aaaarrrrrghhh”

 

 

“Ici le Haupmann Poher. Nous avons dispersé ces amateurs d’Anglais et sauvé l’honneur de l’oberleutnant Herbert Lun. On rentre à la base, messieurs.

Et au fait, félicitations au leutnant Von Böhl, qui a miraculeusement échappé à tous les tirs ce soir. Vous aurez le droit à la croix de guerre et vous paierez le schnapps à la cantine, Von Böhl ! C’est grâce à des hommes comme vous qu’on va gagner la guerre, c’est sûr !”

Cet article a été publié dans CY6, Nouvelles, SliderAc. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

2 Commentaires

  1. Ono6
    Publié le 4 février 2017 à 22:27 | Permalien

    Excellentissime ! Il y a longtemps que je ne m’étais pas autant bidonné sur un compte-rendu. Merci Yann ! J’ai peur qu’avec ton style tu en aies d’autres à faire…
    Bravo !

  2. zapata86
    Publié le 6 février 2017 à 00:53 | Permalien

    Alors là bien d’accord! Excellent. J’ai manqué m’étouffer 3 fois au petit déjeuner à l’hôtel, à la troisième ils sont venus me voir pour voir si je n’avais pas un problème… Je suis d’accord sur le fait que tu pourrais bien être nommé reporter officiel de la campagne. Avec moi aux dés et toi à la plume, les frisés devraient capitulés rapidement, et avec les dommages collatéraux, on sera tous morts de rire…