Mes débuts à l’aérographe

image023

Bonjour à tous,

Comme vous vous en doutez, les forces aériennes sont plutôt actives en cette période de Noël et la peinture qui va avec aussi.

C’est l’occasion pour moi de faire mes débuts à l’aérographe….

Je tiens à préciser que ceci n’est pas une « leçon d’aérographe » j’en serai bien incapable, c’est plutôt le recueil de les premières expériences et impressions du sujet…

Il y a quelques années j’avais acheté un aérographe bien décidé à traiter toute (grande ) surface qui bouge. Alors dès qu’un avion a montré son nez à l’horizon, c’était à peu près clair que son sort était scellé.

Oui mais voilà, quelques essais plus loin (c’est à des après-midi complets…), impossible de faire marcher ce satané engin. Il faut dire qu’entre les peintures de marque non appropriées et les problèmes de dilution, et le compresseur taillé pour gonfler des roues de tracteurs, in n’est pas certain que j’avais mis toutes les chances de mon coté. En bref en 10 ans seul un B29 avait réussi à recevoir une couche de gris alu a peu près uniforme et encore…

Il faut toutefois parfois savoir insister et il y a quelques temps, je fais à la fois la rencontre d’un aérographe-compresseur bon marché en Chine ainsi que la connaissance des peintures Tamiya dans un premier temps puis Vallejo.

Les premiers essais avec Tamiya se passent bien mais rapidement les problèmes de dilution commence. Pour ceux qui ne connaissent pas il y a en gros 2 types de problèmes : soit la peinture est trop diluée et on obtient un effet toile d’araignée avec une peinture non couvrante soit au contraire ce n’est pas assez dilué et on a des mouchetis de peinture voire des réduction importante de débit allant jusqu’à l’arrêt de l’appareil. A noter que la pression mal réglée du compresseur joue aussi un grand rôle dans ces 2 problèmes, et même d’ailleurs les induit…

moucheti

Mouchetis liés à une peinture pas assez diluée et/ou une pression non adaptée

Effet toile d'araignée liéee à une peinture trop diluée ou trop de pression

Effet toile d’araignée liée à une peinture trop diluée ou trop de pression

Le compresseur est cette fois adapté et les premiers essais sont concluants. Toutefois rapidement les problèmes de dilution reviennent souvent associés à un problème de nettoyage d’aérographe (et principalement de l’aiguille) voire de remontage à l’envers (n’est-ce pas monsieur H… J).

Et puis grâce au même Monsieur H, je découvre la peinture Vallejo, en particulier les gammes de primer (couche de base) et les gammes Air et Model Air.
Presque toutes les teintes militaires existent (sauf peut être la navy japonaise…) et choses très intéressante (en tous cas pour moi et à mon niveau), pas besoin de diluer ! On secoue bien le tube, un peu de peinture dans le godet et c’est parti. Et aussi bien pour la sous-couche que pour les couleurs.

Et les rares fois où ça se passe mal, soit c’est l’aérographe qui est mal nettoyé, soit on ajoute quelques gouttes de diluant dans le godet, on touille avec un vieux pinceau et c’est reparti comme en 40…

La motivation revient et je me lance rapidement dans la peinture assez simple de quelques Corsairs et Zeros en 1/285 avec une couleur unie (respectivement le bleu foncé Navy US et le vert clair japonais) puis quelques P40 gris clair sur le dessous et Olivre Drab sur le dessus.

Il reste quelques détails et le enfin en 15 minutes voilà quelques Corsairs de réalisés… Ca motive.

Rien de sorcier on est d’accord mais il faut bien commencer par quelques choses…

Du coup je me lance dans 4 avions échelle 1/144 en vue des séances de jeu prévues à la Blaiserie en Février… 2 Messerschmitt BF109-F2 de chez Zvezda (maquette à 2,5€ constituées de quelques pièces, de bonne qualité mais sans trop de détail) et 2 Hawker Hurricane Mk1A de chez Revell (maquette aussi à 2,5€ ou même moins, mais alors là courage, il faut tout reprendre… Je ne fais pas un gros travail de préparation compte tenu que ça finira dans les démos et probablement en morceau d’ailleurs…).

BF109-F2

C’est donc partie, sous couchage gris clair puis j’applique du jaune à l’aérographe (au moins sur le nez, les extrémités des ailes, la queue, bref à cette échelle quasi partout, en prenant soin de cacher les verrières qui normalement n’aurait pas du être montées mais bon…). Plusieurs petites couches sont mieux qu’un grosse couche épaisse.

C’est maintenant une opération de masquage avec du ruban adhésif. Un petit conseil, laisser bien sécher la peinture et coller votre adhésif sur le tapis, histoire d’atténuer la colle de l’adhésif. Ca évite d’arracher ou d’abîmer la première couche… Bien faire adhérer l’adhésif sans quoi on risque de voir la peinture se faufiler par-dessous. Même chose, petites couches très fines, passées avec un mouvement de petits cercle ou bien en passage croisées, comme pour repeindre le mur du salon…

On attaque alors une nouvelle phase de posage d’adhésif qui vont constituer le camouflage gris foncé.

Quelques détails (les mitrailleuses, les décalques) et on n’est bon pour une couche de vernis. Idem que pour la peinture sauf qu’ici il a fallu diluer un peu pour avoir un flux correct dans l’aérographe.

Voilà reste à procéder de la même façon pour les appareils anglais (avec du dark green, pas si dark que ça d’ailleurs, du dark earth et du light sky blue pour le dessous)…

Et voilà les Bf109-F2 dans les viseurs des chasseurs anglais .

La photo me permet de constater que je suis assez content du rendu de la carte Normandie réalisée en Chine.

Enfin en guise de fin, nous avons aussi peint un cheval avec ma fille. Elle a réalisé une grosse partie de la peinture, les couches unies, les marques noires et blanches en partie.

Ici la technique un peu différente, avec dans l’ordre :

– Sous-couche blanche

– Couleur de base uniforme Hull Red

– Passage de noir dilué à l’aérographe dans les creux

– Passage de blanc pur a l’aérographe sur les zones saillantes

– Enfin passage de la couleur Hull Red en très léger sur les zones

– Enfin le museau en gris très léger (le détail me permet de voir que ça a un peut postillonné sur le nez… mais bon à l’œil nu ça se voit à peine…).

J’espère que ça vous donnera envie…

Cet article a été publié dans Figurines, Peinture, SliderAc. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

Un commentaire

  1. zapata86
    Publié le 29 décembre 2015 à 09:52 | Permalien

    Je veux quand même préciser qu’il faut quand même diluer de temps en temps… La peinture n’a pas toujours le même comportement en fonction de la température par exemple, mais aussi de la teinte…
    Certaines sont vraiment plus fluides que d’autres même dans les mêmes gammes.
    Avec l’expérience (même petite en ce qui me concerne), on s’en rend compte assez vite quand même…