Ludus Gladiatorus

En ce dimanche de fin août nous (Olivier H et Olivier G ) avons décidé de tester la règle Ludus Gladiatorus.

Ludus Gladiatorius est un jeu de combat de figurines permettant de jouer des combats de gladiateurs. Le jeu se présente avec 5 figurines pré-peintes, des dés de différentes couleurs (pour les combats et pour l’empereur), des jetons de couleurs pour les actions spéciales et d’autres pour l’initiative. Enfin une carte avec des hexagones représentant l’arène des combattants.

N’ayant pas le jeu, nous nous sommes procurés la règle pdf sur internet (la V1 est en français). Quelques figurines, une arène quadrillée (issue de Jugula) qui remplacera les hexagones (à notre avis avec assez peu de conséquence), des pions de couleurs sur lesquels nous avons collés les actions spéciales, des dés pour les combats et l’initiative et c’est parti.


Déjà la règle fait ­6 pages, est bien écrite avec des exemples, donc en 30 minutes (et encore) nous en savons assez pour commencer la partie. Voici un petit résumé et aperçu des règles.

Chaque gladiateur a une carte  de référence. Celle-ci contient une valeur de mouvement qu’il peut essayer d’augmenter à chaque tour avec un dé de boost (le bleu) et également le type et le nombre de dés de combat auxquels le gladiateur à droit.

Les crânes représentent les points de vie et sont rayés au fur et à mesure de la partie. Lorsqu’un gladiateur n’en a plus, il est inconscient, et son attaquant jette alors le dé de l’Empereur (le mauve) afin de savoir s’il est gracié ou non.

Sur la carte figurent également les actions spéciales du gladiateur. Elles sont au nombre de 7 et sont différentes selon les personnages.. Il y en a 4 différentes et elles donnent droit à des bonus d’attaque ou de défense. À chaque tour, chaque joueur choisit une action spéciale disponible sur la carte de référence, prend le jeton correspondant et le place face cachée à côté du gladiateur. Il y aussi un jeton vierge qui permet de ne pas prendre d’actions spéciales sans en informer les adversaires. Ce jeton suit le gladiateur pendant tout le tour. Lorsqu’il a servi, ou à la fin du tour s’il n’a pas été utilisé, il est retiré du plateau de jeu, et l’action spéciale correspondante est rayée sur la carte de référence et n’est plus disponible. Si ces actions sont épuisées avant la fin de la partie, le gladiateur n’a plus accès qu’aux actions de base. Donc, il s’agit de gérer efficacement…

Le jeu se déroule en tour. L’ordre des gladiateurs se tire au hasard (intitiative) . Chaque gladiateur peut faire durant chaque tour :

  • Un mouvement et un combat ou un combat ou un mouvement
  • Une (seule) défense sauf action spéciale
  • Une action spéciale parmi les 4 possibles :
    • SA : Une attaque sauvage (pas de possibilité de défense mais l’attaque est boostée)
    • DD : Une défense courageuse (pas de possibilité d’attaque mais la défense est boostée)
    • F : Une feinte (attaque améliorée)
    • D : Une défense (défense améliorée)
1

Malgré la “Défense” l’attaque sauvage a été fatale à ce pauvre gladiateur

Une fois cela fait, on peut donc faire le mouvement et le combat (ou combat et mouvement).

Le gladiateur actif peut combattre un gladiateur qui se situe sur une case adjacente (avant ou après avoir bougé). Un gladiateur attaqué ne peut se défendre qu’une fois pas tour…

Chaque gladiateur lance 3 dés de combat (blanc standard, bleu renforcement) qui permettent d’avoir des épées et des boucliers. Les attaques ou défenses spéciales permettent d’ajouter des dés ou de les relancer. On compare ensuite le nombre d’épées obtenues par l’attaquant au nombre de boucliers obtenus par le défenseur. Si l’attaquant a plus d’épées que le défenseur n’a de boucliers, la différence est enlevée des points de vie du défenseur.

Une fois que chaque gladiateurs à terminé son tour, on recommence. Lorsque qu’un gladiateur élimine son dernier point de vie, il est retiré du jeu. En mode campagne, on lance le dé de l’empereur pour voir si le gladiateur est achevé ou sauvé.

Finalement, nous prenons au hasard 2 gladiateurs de chaque côté et notre étripage peut commencer. Nous faisons 2 parties, chacune dure environ 45 minutes (2 gladiateurs contre 2, jusqu’à ce qu’un camp n’est plus de gladiateurs).

20150823_170804

Décidément les attaques sauvages se révèlent dévastatrices sur les gladiateurs un peu légers et très émoussés dans le combats

Le jeu est  rapide, dynamique. Les règles étant très simples, on les assimile très vite. Les dés déterminent le sort du combat mais l’aspect tactique réside dans le fait d’utiliser les bonnes actions spéciales au bon moment et contre les bons gladiateurs. Ensuite la chance ou la malchance fait le reste, et même parfois les 2 combinées …

Le jeu est normalement prévu pour jouer à 4 joueurs où chacun joue un gladiateur. Le dernier gladiateur survivant gagne, ce qui doit permettre de quand même bien s’amuser …

La version 2 du jeu permet d’avoir des profils de gladiateurs plus nombreux avec d’autres actions spéciales. Elle permet aussi de faire évoluer les gladiateurs avec un mode campagne.

Enfin elle introduit le lion comme personnage non joueur gérer aléatoirement pour plus d’imprévus et d’alliances de circonstances…

Le jeu doit pouvoir être améliorer facilement pour augmenter son intérêt mais même ces versions permettre de bien s’amuser. Nous avons quand même hâte de tester une partie à 4…

Cet article a été publié dans Divers, SliderAc avec les mots-clefs , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

Un commentaire

  1. Ono6
    Publié le 25 août 2015 à 18:18 | Permalien

    Que dire ? Règles apprises en 15 min, un peu de suspens, une gestion simple… Un simple jeu de démo ? Et bien, non ! C’est un jeu qui se rapproche assez d’une partie de poker-menteur. Je résiste ou je frappe ? J’économise mes bottes spéciales ou je rentre dans le tas ? Mon adversaire temporise ou il bluffe ? Fixer les adversaires ou se concentrer sur un seul ?
    Franchement, même si j’ai mangé le sable des Arènes Grimaldus, c’est un jeu bien sympathique et facile d’emploi.
    A mon sens, il y a peut être de quoi faire une version plus étoffée mais la base est sympa. A tester !