Le pas à pas de la sculpture de Galak Starscrapper: épisode 1

On attaque sur le gros bill du jeux, l’arbitre en chef, le seul arbitre classé au nombre des tués en une saison: Galak Starscrapper.

(l’article original étant très volumineux, je vais le décomposer en plusieurs étape)

Pour se donner une idée des matériaux utilisés : une bobine de fils de fer, 1m50 de green stuff, trois pains de FIMO, et un sous-verre en bois en guise de socle.

Le fil de fer utilisé étant un peu fin, je l’ai torsadé avec une pince afin de le rendre plus rigide.

Je suis parti de l’illustration originale de la première édition :

 Base

L’idée était d’adapter cette image pour une pose plus dynamique, avec des détails plus fins que sur le dessin.

Initialement je pensais lui donner une posture avec une main désignant un coupable et l’autre armant un coup de poing pour le punir. Toutefois la position que j’ai créé aurait rendu la partie gauche de la figurine trop vide. Du coup j’ai changé pour une main brandissant un « carton », carton qui est une planche de bois, pour donner un peu de relief à cette partie.

Dans l’histoire il est dit que sa vocation d’arbitre lui étant venue Galak parti chasser des zèbres et en assemblât les peaux pour se faire sa tenue. Du coup je suis parti sur l’idée d’un patchwork assemblé à l’aide de cordes pour les vêtements.

Pour les bras j’ai opté pour des biceps apparents, et au départ pour des avant-bras revêtus de plaques d’armure. Le rendu ne me plaisant pas j’ai changé pour de la fourrure à cet endroit.

Pour le sifflet au départ je pensais à un cor, mais l’idée d’un sifflet planté dans un crâne s’est petit à petit imposé.

Le livre des règles sur le côté a été mis pour équilibrer les détails sur la figurine.

La figurine étant un géant des tempête, le genre de bestiole dans ce qui se fait de plus grand dans les humanoïdes, et vu son background (principalement lorsqu’il est dit qu’expérimentalement un sorcier juché sur son épaule avait « filmé » les matches pour Cabalvision jusqu’à sa chute malheureuse sur un casque pointu de halfling) je me suis fait un patron sur papier pour me faire une idée des proportions. Je l’ai fait avec une figurine classique en référence :

 Galak1

Pour les proportions je suis parti sur une longueur de jambe (du talon à la taille) égale à celle du tronc (de la taille à l’épaule). Avec le recul un rajout d’un cinquième de jambe aurait donné un aspect moins tassé aux membres inférieurs.

Partant de là j’ai fabriqué les jambes, les bras, la tête et le tronc en fils de fer torsadés. J’ai gardé des boucles pour symboliser les pieds et les mains.

Pour le tronc et la tête, j’ai procédé en deux temps : une première forme a été définie pour coller à la forme générale vue de face, puis, sur ce support, j’ai enroulé un autre fil de fer pour avoir déjà une idée de l’épaisseur de l’ensemble.

Il ne reste pour compléter cette étape qu’à relier les différentes parties. Pour cela, les membres et la tête ont été « prolongés ». La prolongation a servi à faire la liaison avec le tronc en s’enroulant aux points de jonction.

Galak2

Pour éviter que tout ne bouge des boudins de green stuff sont placés sur ces points de jonction. Une fois durcis les boudins permettent de manipuler le squelette sans que rien ne bouge. Là j’ai commencé à plier les bras et les jambes pour obtenir la posture voulue :

 Galak3

A ce stade, hors prise de la résine, le travail a nécessité une grosse heure.

L’étape suivante est la préparation des volumes. Pour économiser la green stuff j’ai utilisé de la FIMO (environ 3 euros le pain). Il s’agit d’une pâte à modeler à cuire. On procède avec elle en plusieurs couches. A chacune d’elles un passage au four permet de stabiliser le travail. Des fissures apparaissent parfois mais elles sont sans importance : elles peuvent être soit comblées avec une autre pâte ou avec de la résine. Dans mon cas j’allais les recouvrir de green stuf, donc je n’y ai pas prêté attention.

Ici j’ai commencé par combler le torse et la tête afin de pouvoir m’appuyer sur la masse cuite pour travailler dessus. J’ai commencé à travailler la forme des volumes en initiant les jonctions (cou, épaules, hanches) entre les parties.

Pour information on m’a donné un truc que je n’ai pas encore testé, question d’économiser la FIMO : recouvrir la cage thoracique et la tête de papier alu, puis y appliquer la FIMO, et cuire.

 Galak4

Par la suite j’ai continué à habiller le squelette pour définir les emplacements des muscle les plus apparents (biceps, mollets, triceps…), des mains, et des pieds. Les proportions en terme de volume ne sont pas importante à ce stade, seul leurs longueurs ont été prises en compte.

 Galak5

Après un premier passage au four, j’ai commencé à placer de façon grossière des détails.

Pour la tête j’ai commencé à faire attention au volume qu’elle prendra et y ai mis en forme la place du nez, des oreilles, de la bouche et des yeux. Le tout n’est encore une fois pas précis mais commence à me donner une idée de ce qui sera à faire par la suite.

 Galak6

J’ai ensuite travaillé le torse en donnant des volumes aux pectoraux, aux abdominaux, et aux biceps. Les avant-bras restent peu travaillés (juste des volumes sur lesquels s’appuyer), vu que je comptais les recouvrir d’éléments d’armure. A ce stade je lisse le tout avec mes doigts, la FIMO étant facile à lisser ainsi.

 Galak7

Un passage au four afin de pouvoir manipuler le modèle sans détruire ce qui a été fait, et j’ai attaqué les jambes. Là les cuisses et les mollets, ainsi que les genoux sont mis en masse et lissés. La parte FIMO a représenté environ trois à quatre heures.

 Galak8  

Une dernière cuisson fixe la base de travail et l’on passe au gros du boulot : la green stuf.

 

 

Cet article a été publié dans Figurines avec les mots-clefs , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.