La bataille de la mer de Corail

le 08 mai 1942 à 06h27 les avions de patrouille de la Navy repèrent la flotte japonaise au nord de la mer de Corail.

5 la situation avant le désengagement japonais

Les catalinas lancent vainement leur torpilles. Dans le même temps les bombardiers des porte-avions Yorktown et Lexington escortés par les chasseurs commencent à attaquer la flotte nippone et principalement les porte-avions repérés.

1 Le porte-avion Yorktown est repéré et attaqué

La flotte impériale japonaise a, de son côté, des difficultés pour repérer des cibles de choix.

De plus de vives tensions éclatent entre les amiraux. Mais l’amiral Olivamaloku reste ferme: “il faut utiliser l’aviation pour la recherche des portes avions ennemis et les détruire !” Il est soutenu par l’amiral Patrykiki.

4 Les destroyés japonais qui ont découvert la flotte  US sont impitoyablement détruits.

Mais dans les faits, c’est l’amiral Jorj-Chimu qui par sa technique de “reconnaissance en force par les destroyers” parviendra à repérer les portes avions de la Navy.

Dès lors l’attaque sur le Yorktown peut être lancée.

2 attaque de saturation sur le Yorktown

Malgré deux escadrilles perdues dans la recherche des cibles, la Marine Impériale dispose de toutes ses escadrilles.

Ce n’est pas le cas de l’US Navy qui ne dispose plus de toutes ses escadrilles; certaines ont été détruites, d’autres ont subie de nombreux dégâts lors des premières attaques sur les porte-avions japonais et mettent un temps précieux pour les réparer. C’est à ce moment que l’attaque du Yorktown commence.

Après de violents combats aériens et un formidable barrage de DCA deux torpilles japonaises frappent le Yorktown à quelques minutes d’intervalle. Le porte avion est coupé en deux.Il sombre en moins de 20 minutes. 1653 hommes du CV-5 Yorktown périrons ce jour là sur les 2900 hommes d’équipage.3 Après de violents combats aériens et un barrage de DCA deux torpilles frappent le Yorktown

L’amirauté japonaise, satisfaite de cette victoire décide de se replier avant d’offrir à l’adversaire la possibilité d’une contre-attaque, ce qui mettra l’amirauté Yankee dans une fureur noire.L'USS Yorktown touché par une torpille japonaise lancée par un Nakajima B5N

Cet article a été publié dans War at sea, WW2 avec les mots-clefs , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

2 Commentaires

  1. Ono6
    Publié le 16 novembre 2013 à 19:33 | Permalien

    Ah ça oui ! Les Japs sont des coyotes à foie jaune… à moins que ce ne soient des coyotes jaunes à foie… ou bien des jaunes à foie de coyote…. Bref, c’est moche ce qu’ils ont fait à ma barcasse !
    Par contre, on s’est bien marré. Bravo les Nippons, on se retrouve à Midway ?

  2. zapata86
    Publié le 22 novembre 2013 à 14:53 | Permalien

    Moi j’suis d’accord pour Midway. Il faut que le grand contre-amiral Fr. Bocku soit d’accord…